En direct du terrain

3 mars 2016

Le LIFE+ CAP DOM nommé Best Project !

Le LIFE+ CAP DOM est un des 23 projets LIFE sélectionné comme « Best Project » par la Commission…
18 septembre 2015

[Vidéo] Fin du LIFE+ CAP DOM !

Après cinq années d’exercice, le programme LIFE+ CAP DOM, soutenu par la Commission européenne et…
31 août 2015

[Vidéo] Le STOC en Guyane

Depuis 2012, le GEPOG a mis en place le STOC en Guyane, accompagné par la LPO et le MNHN. Cet…

La réserve de la Roche-Ecrite

Dernière zone de répartition du tuit-tuit

Carte du Parc national de La Réunion
Carte du Parc national de La Réunion

Territoire : La Réunion
Surface : 3 600 ha
Statuts : Réserve naturelle rattachée au Parc national de la Réunion
Propriétaire : Etat et département
Gestionnaire : Parc national de La Réunion
Biotopes : Forêts humides et de montagne
Usages : Etudes scientifiques, animations et accueil du public, tourisme, usagers pour sport et détente

En 1999, la Réserve naturelle de la Roche écrite est créée afin de protéger les derniers individus d’échenilleurs de La Réunion au monde, l’espèce étant plus connue sous son appellation créole tuit-tuit. A la création du Parc national de La Réunion, en 2007, le site est inclus dans le cœur du Parc.

Au nord-est de l’île, sur les communes de Saint-Denis et de La Possession, le site s’étend sur 3600 ha le long de la côte et s’étale sur deux larges plateaux volcaniques, la Plaine des Chicots et la Plaine d’Affouches, séparés par la rivière Saint Denis.

Les Hauts, Parc National de La Réunion, J. Riegel

L’intérêt majeur de la Roche-Ecrite est son important gradient altitudinal qui offre des milieux riches et variés, de la forêt humide de basse altitude (340 m à 600m) aux forêts de Tamarins des Hauts (1500m à 1800 m). Les crêtes ainsi formées par ces reliefs portent une végétation arbustive très particulière, appelée l’avoune.

La Réserve de la Roche écrite constitue la dernière zone de répartition de l’échenilleur de La Réunion, ou tuit-tuit. Cette espèce, endémique de l’île (on ne la trouve nulle part ailleurs), est actuellement « En danger critique d’extinction ». Confinée sur une surface de seulement 11,8 km², elle ne compte plus que 25 à 30 couples reproducteurs et risque donc de s’éteindre sans des actions de conservation d’envergure.

Autre espèce mondialement menacée, le busard de Maillard, localement appelé papangue, niche également sur le site de la Roche-Ecrite.

Mots-clés : La Réunion, Réserve de la Roche-Écrite, Echenilleur de La Réunion, Busard de Maillard

Partagez :